Rapport analytique des liquidités par secteur et devise : T2 2020

1 septembre 2020

Les marchés ont connu une forte reprise depuis les creux atteints lors de l'effondrement des marchés en mars. Les ventes massives ont été largement exagérées, les avoirs en dollars américains des fonds d'investissement ayant atteint un sommet de 1,70 % en mai, pour retomber à 1,20 % fin juin, soit seulement 20 points de base de plus qu'en janvier avant l'effondrement du marché.

Les marchés américains ont bénéficié de rendements exceptionnels jusqu'à présent, l'indice composé Nasdaq et l'indice composé S&P 500 ayant récemment battu des records historiques. Les pondérations en dollars canadiens semblent être restées relativement stables tout au long de l'année, à l'instar des rendements de l'indice composé S&P/TSX. Il semble que les gestionnaires de portefeuille aient correctement alloué les capitaux sur les marchés américains pour soutenir les rendements des fonds tout en maintenant le réinvestissement dans les actions canadiennes de façon relativement stable.

Les gestionnaires ont également déployé efficacement le yen japonais, l'indice Nikkei 225 étant nettement supérieur aux niveaux enregistrés avant l'épidémie de coronavirus. Certains marchés continuent d'enregistrer des performances relativement médiocres, comme l'indice FTSE 100 de Londres et d'autres indices boursiers européens.

La fuite vers la sécurité a été très évidente pendant cette période de turbulences, le taux de change entre le dollar canadien et le dollar américain ayant atteint près de 1,45 à la fin du mois de mars. À mesure que les marchés se sont débarrassés du pessimisme associé à la pandémie, ce taux de change est tombé à environ 1,31.

Si la demande d'instruments du marché monétaire et de bons du Trésor a explosé, les investisseurs ont également trouvé d'autres refuges pour leurs capitaux, comme l'or. Le métal jaune a également atteint récemment des sommets historiques, à plus de 2 000 dollars américains l'once.

Les gouvernements ont déployé des mesures appuyées pour aider les économies à se stabiliser en ces temps difficiles. Le Conseil de la Réserve fédérale américaine est allée jusqu'à acheter des titres de créance d'entreprises et des fonds négociés en bourse (FNB) sur le marché libre afin d'empêcher toute nouvelle chute libre du marché. Et grâce aux efforts massifs de secours déployés par le gouvernement canadien, celui-ci a annoncé que le déficit fédéral canadien atteindra cette année près de 343 milliards de dollars.

Comme l'aide fédérale finira par être réduite dans les prochains mois, il sera de plus en plus difficile pour les ménages de survivre avec des revenus suffisants. Toutefois, certains avantages spécifiques de l'aide d'urgence font l'objet de critiques généralisées. Certains pensent qu'elles dissuadent les individus de retourner au travail ou de chercher un emploi, car ces prestations dépassent les revenus que certains gagnaient avant le verrouillage de la pandémie. Les gouvernements fédéraux faisant couler à flots les prestations et les paiements, il est certain que les cotisations d'assurance-emploi et les impôts sur le revenu vont augmenter au cours des prochaines années.

De nombreux économistes ont exprimé leur profonde inquiétude face à la baisse des demandes de résidence permanente, un facteur important pour aider à créer une demande de logement et à combler les emplois que la génération du baby-boom laissera vacants dans les années à venir. Les immigrants représentent la grande majorité de la croissance économique au Canada, et avec les interdictions de voyager à l'étranger, la route vers une croissance positive pourrait être semée d'embûches.

Les élections américaines de novembre étant prévues pour cette année plutôt sauvage sur le plan économique, la surchauffe politique risque d'influencer de plus en plus les marchés, les problèmes liés au coronavirus semblant avoir atteint un plateau.

Analyse de devises

Notre analyse porte sur le secteur canadien des fonds de placement et sur la manière dont les gestionnaires de portefeuille répartissent les capitaux dans les principales devises. L'analyse de devises exclut toutes les quasi-espèces, telles que les obligations à moins d'un an d'échéance, et les espèces en caution détenues pour répondre aux clauses restrictives d'un contrat de prêt. Nous pensons qu'en excluant ces éléments, nous pourrons nous focaliser sur les espèces déployables des fonds de placement et évaluer le sentiment du marché. Nous analyserons ensuite les liquidités des fonds de placement au niveau des espèces et des quasi-espèces selon les secteurs, afin de comprendre quels secteurs verticaux les gestionnaires de portefeuille choisissent aujourd'hui de surpondérer ou sous-pondérer.

Le tableau 1 ci-dessous illustre les taux de croissance d'un mois à l'autre pour les principales devises mondiales.

Pondérations moyennes de portefeuille pour les devises mondiales

Le graphique 1 illustre le pourcentage moyen d'espèces dans les fonds de placement pour neuf devises principales, dans un ordre séquentiel de janvier 2020 à juin 2020.

Espèces canadiennes et américaines en caisse

Le Graphique 2 illustre la valeur moyenne des espèces en dollars, dans un ordre séquentiel de janvier 2020 à juin 2020. Le dollar américain avait une position nette de 3 205 739 041 $ en juin 2020. Le dollar canadien avait une position nette de 6 377 079 365 $ en juin 2020.

Ratio de liquidité des fonds de placement

Le ratio de liquidité des fonds de placement est calculé comme étant le montant de la trésorerie d'un fonds par rapport à la totalité de ses actifs. Il est important de déterminer ce ratio lors de l'analyse des placements et de la répartition du capital. Il a le pouvoir de donner des informations détaillées sur le flux de capital global vers des secteurs verticaux spécifiques, et sur le sentiment haussier ou baissier dans ces catégories de placement. Le tableau 2 liste les 10 meilleures et pires catégories des secteurs applicables selon le ratio moyen de plus de 3 000 fonds de placement détenant un mandat pour investir dans les secteurs concernés. Le tableau présente les secteurs les plus baissiers et les plus haussiers par ordre décroissant.

Les secteurs possédant le ratio le plus élevé sont surlignés en rouge, ce qui traduit une sous-pondération de leurs indices respectifs. Cela pourrait vouloir dire que les gestionnaires de portefeuille attendent une performance négative dans ces catégories.

Les secteurs possédant les plus faibles ratios sont surlignés en vert, ce qui traduit une surpondération de leurs indices respectifs. Cela pourrait vouloir dire que les gestionnaires de portefeuille attendent des rendements positifs dans ces catégories sur le court terme.

Analyse et perspectives

Alors que les taux variables baissent ou continuent d'être maintenus à un faible niveau, il ne fait aucun doute que les taux d'intérêt et les revenus fixes continueront à être confrontés à des vents contraires. Au cours de cette pandémie, les agences de notation ont dégradé la solvabilité des entreprises et des pays dans presque tous les secteurs d'activité du monde. Alors que les prix du pétrole se sont stabilisés, les entreprises productrices d'énergie continuent de réduire leurs activités et de fermer des plateformes en Amérique du Nord.

En ce qui concerne les secteurs prometteurs, les gestionnaires de portefeuille continuent de considérer les actions américaines à faible et moyenne capitalisation comme une opportunité. Sur des marchés volatils, les petites capitalisations chutent généralement plus rapidement, mais ont tendance à surperformer leurs plus larges homologues après avoir touché le fond, selon la société d'analyse de placements HCWE & Co. Les actions géographiques et les marchés émergents devront également être surveillés à mesure que les économies se rouvriront et que les voyages se généraliseront.

Les investisseurs ont également acquis une exposition indirecte à la flambée du prix de l'or en achetant des sociétés minières, qui se portent exceptionnellement bien. La Société Aurifère Barrick (TSX: ABX), par exemple, se négocie à son plus haut niveau depuis près de huit ans. Les actions privilégiées ont également constitué une catégorie d'investissement intéressante, car le ratio de conversion des actions privilégiées par rapport aux actions ordinaires est à son plus haut niveau. Cela peut également aider les gestionnaires de portefeuille à réaliser des rendements exceptionnels pour les clients détenant des fonds avec un mandat d'actions privilégiées, si l'orientation actuelle du marché continue de montrer une dynamique positive.

Conformite des PDV.png
Maximisez l’exposition de vos fonds sur le marché!
Des analyses personnalisées des données
Améliorez l’expérience d’apprentissage de vos étudiants avec nos solutions de données.
Contactez-nous pour en savoir plus
Accédez à notre dépôt de fiches d’aperçu du fonds au PDV.
Cliquez ici pour la liste mensuelle des fonds obtenant la note FundGrade A.

Cliquez ici afin de visionner le contenu de la liste des lauréats de la note FundGrade A+® de l’année dernière.
NUMÉRO SANS FRAIS : 1 (888) 328-9174
Nous offrons à nos clients les données complètes les plus pertinentes disponibles sur les fonds de placement canadiens.
Naviguez dans notre répertoire de sociétés de fonds classé par ordre alphabétique :


Site Web réalisé par Fundata Canada Inc.
Données sur les fonds communs de placement fournies par Fundata. | Voir les Modalités et conditions d’utilisation.
Les informations des marchés financiers sont fournies par QuoteMedia.com. Tous droits réservés. | Voir les conditions d’utilisation.
Délai de 15 minutes sur les données du NASDAQ et sur toutes autres données, sauf indication contraire.
Les données sur les matières premières sont la propriété de CME Group Inc. et de ses concédants. Tous droits réservés.
Les indices de BofA Merill Lynch sont utilisés avec autorisation.
© 2020 Fundata Canada Inc. Tous droits réservés. | Voir la Politique de confidentialité | Contactez-nous.